A la recherche du compromis

A la recherche du compromis

En décembre de l’année dernière, après avoir quitté mon employeur pour la seconde fois, les stocks finirent par s’épuiser complètement et les demandes de clients commencèrent à affluer. Je me retrouvai alors à nouveau face à cette sempiternelle question :

Serait-il possible de réessayer encore une fois ? Ou suis-je totalement stupide d’y croire encore après toutes ces années…

En fait, en moi, la décision était déjà prise… Mais à une seule condition alors, que la production soit parfaite et qu’on ait une marge décente pour en vivre. Car depuis le début, on n’a jamais réussi à se payer un salaire régulier et il faut bien admettre que cela n’est pas idéal.

C’est ainsi qu’en janvier, avec l’enthousiasme du début d’année, je me remis à la recherche d’entreprises françaises capables de produire notre sacré support. Malheureusement, après quelques devis, je me suis vite rendu compte que j’allais repartir dans la même histoire, c’est à dire coincé entre différents fournisseurs et à devoir assembler les morceaux moi-même jusqu’à 2 heures du mat comme au “bon” vieux temps.

La vie d’entrepreneur, oui, mais pas à n’importe quel prix ! Et comme dirait notre cher Albert (Einstein de son nom),

C’est un signe de folie que de faire toujours la même chose et d’attendre un résultat différent.

Le made in France pour nous est-il donc impossible ?

Jamais nous n’avons réussi à trouver une entreprise capable de nous fournir un produit fini à un prix raisonnable pour les modestes quantités qui sont les nôtres, c’est-à-dire qui ne soit pas le prix de vente du produit. C’est alors un peu à contre coeur, mais avec l’énergie de la raison, que je me tourne vers l’international. Je commence donc par l’Europe, et après quelques recherches, et surtout grâce à une de mes amies, je rentre en contact avec une entreprise en Roumanie capable de produire nos produits de A à Z.

Je pars donc à leur rencontre histoire d’être sûr de leur capacité à produire notre produit apparemment si complexe. J’arrive chez eux, je suis très bien accueilli, ils me présentent alors les prototypes des produits et nous commençons à parler des produits et même de nouveaux produits...

Je l’ai peut-être enfin trouvé mon fournisseur…

Alors comme on dit « jamais 2 sans 3 », voici donc le début de LapTopper 3.0 que je vous réinvite à suivre si jamais il y a encore quelqu’un sur ce blog. A très vite !

pour lire la première partie de cette article, c'est ici

1 Commentaires

    • Avatar
      Sylvie FEON / Sashado
      août 20, 2015

      Contente de vous retrouver. Nous nous étions vus au MIF Expo 2013. J'ai d'ailleurs fait un article sur Laptopper et Sashado sur mon blog. Je suis d'accord, cela reste très difficile de produire en France, les marges sont très justes. Bravo, bon courage pour la suite et tenez bon ! Bien cordialement Sylvie

Leave a Reply

* Name:
* E-mail: (Not Published)
   Website: (Site url withhttp://)
* Comment:
Type Code